Counting Women’s Work

le chemin parcouru

Par Gretchen Donehower

L'économie générationnelle et sexospécifique

J’ai traversé lentement le campus du East-West Center à Honolulu, à Hawaï, pour rejoindre le 10ème atelier mondial du projet National Transfer Accounts (NTA). C’était en juin 2010 et c’était la dernière conférence à laquelle je devais assister avant de partir en congé de maternité pour mon deuxième enfant. Je me sentais énorme et Hawaï avait chaud.

« Le projet NTA consiste à comprendre l’économie générationnelle – comment nous produisons, consommons, partageons et économisons les ressources par âge – et après avoir travaillé sur ce projet pendant plus d’une décennie dans des pays du monde entier, nous avions beaucoup appris. Nous avions créé des outils de données qui nous montraient comment les gouvernements et les familles nous soutiennent lorsque nous sommes trop jeunes ou trop vieux pour travailler, comment ces systèmes diffèrent dans le temps et dans l’espace, et comment tout cela a un impact sur la croissance économique et la durabilité. »

Cela me concernait particulièrement à l’époque, car ma jeune famille grandissait et faisait face au défi de savoir comment tout payer. Nous étions également confrontés au défi de trouver le temps de tout faire – prendre soin de nos enfants, faire notre travail rémunéré, préparer notre propre vieillissement et notre retraite un jour, et la possibilité de devoir également prendre soin de parents vieillissants.

Le chevauchement entre ma vie et mon travail s’est accru parce que je devais présider les efforts du réseau de recherche NTA pour étendre notre travail et inclure le genre. La dimension du genre des économies diffère dans le temps et dans l’espace, tout comme l’économie générationnelle et il existe des institutions qui la façonnent. Les normes culturelles, les institutions juridiques et les différences biologiques exercent une influence sur les individus et amènent hommes et femmes, filles et garçons à participer différemment à nos économies. Le fait d’avoir des enfants m’a fait comprendre beaucoup de ces différences d’une manière très concrète.

Le réseau de recherche NTA comptait alors des équipes de chercheurs dans plus de 40 pays (il y en a dans près de 100 pays aujourd’hui), de toutes les régions du monde. Les membres du réseau spécialisés en économie, en démographie et dans d’autres domaines ont entrepris d’intégrer une perspective de genre dans l’étude existante en économie générationnelle.

Le travail de soins non rémunéré est essentiel pour comprendre l'économie de genre

Il était clair pour nous dès le début que la compréhension de l’économie sexospécifique poserait un défi majeur à la façon dont nous avions étudié l’économie générationnelle. La seule partie de « l’économie » que nous mesurions dans le NTA était celle définie par des mesures existantes comme le produit intérieur brut et d’autres mesures fondées sur le marché qui constituent l’épine dorsale de la macroéconomie.

Notre image de l’économie générationnelle commence par désagréger ces mesures et d’autres par âge. L’ajout du sexe dans le tableau en utilisant uniquement ces mesures nous a montré un aspect de l’économie sexospécifique : en moyenne, les hommes produisent plus sur le marché du travail que les femmes à presque tous les âges et dans presque tous les pays. En outre, les hommes, durant les années où leurs revenus étaient les plus élevés, produisaient beaucoup plus qu’ils ne consommaient, utilisant le surplus pour épargner et effectuer des transferts par l’intermédiaire des familles et des gouvernements à d’autres groupes d’âge et aux femmes. En revanche, dans la plupart des pays, les femmes, même au plus fort de leurs revenus, ne généraient pratiquement aucun excédent. Même si la taille de cet écart variait selon les pays , cela restait vrai dans les pays riches et pauvres, dans les pays avec des cultures plus ou moins égalitaires entre les sexes, et dans toutes les régions du monde.

Que manque-t-il à cette image ? Le travail de soin non rémunéré. Les femmes se spécialisent dans le travail non rémunéré comme s’occuper des enfants et des personnes âgées, entretenir et gérer la vie du ménage. Les chercheurs avaient depuis longtemps reconnu la nécessité de rendre ce secteur de l’économie visible, en développant des « comptes satellites de production domestique » pour mesurer sa valeur. Cette méthode utilise des enquêtes sur l’emploi du temps pour estimer le temps que les gens consacrent au travail de soins non rémunéré, à la fois les soins directs aux personnes et les soins indirects par le biais des travaux ménagers et de la gestion du ménage, puis attribue une valeur monétaire à ce travail en tant que somme d’argent que quelqu’un gagnerait pour ces travaux contre rémunération.

Counting Women’s Work cartographie l’économie de genre

Grâce à une subvention initiale de la Fondation William et Flora Hewlett en 2014, le projet Counting Women’s Work (CWW) a commencé à intégrer la perspective du genre et le travail de soins non rémunéré dans le projet National Transfer Accounts. Dirigées par des groupes de recherche de l’UC Berkeley et de l’Université du Cap, des équipes de recherche nationales ont travaillé pour voir comment nous pourrions créer des estimations comparatives entre les pays de la façon dont la production, la consommation et les transferts de biens et services marchands et le temps de travail de soins non rémunéré étaient différents selon l’âge et le sexe. Ce travail a fourni des informations importantes sur le travail de soins non rémunéré et l’économie sexospécifique:

  • Le travail de soins non rémunéré représente une part substantielle de tous les efforts de travail, allant de 30 à 60 % du temps total travaillé dans un groupe diversifié de pays.
  • La plupart des travaux de soins non rémunérés sont effectués par des femmes et des filles, tandis que les hommes et les garçons se spécialisent dans le travail du marché.
  • Aussi jeunes que les enquêtes sur l’emploi du temps puissent le mesurer, les filles effectuent plus de tâches de soins non rémunérées que les garçons.
  • Le travail de soins non rémunéré crée un capital humain futur, en particulier dans les premières années de la vie. Par exemple, en valorisant le temps de soin non rémunéré au salaire d’une éducatrice, 90 % du coût de la première année de vie d’un nourrisson est un travail de soin non rémunéré.
  • Les personnes âgées, et en particulier les femmes âgées, effectuent une grande partie du travail de soins non rémunéré. Dans la plupart des pays, les femmes âgées consacrent plus de temps de soins non rémunérés qu’elles n’en consomment jusqu’à la fin de la soixantaine ou plus.

Faire en sorte que le travail des femmes compte dans les politiques

L’un des impacts importants de CWW jusqu’à présent a été de reconnaître le travail de soins non rémunéré comme un travail et de souligner la valeur des contributions des femmes dans ce secteur. À l’avenir, nous nous concentrons sur des moyens spécifiques par lesquels la compréhension de l’économie sexospécifique peut aider à élaborer de meilleures politiques. Comme les impacts politiques dépendent des besoins et du contexte spécifique de chaque pays impliqué dans le projet, quel est le rôle l’équipe du projet toujours basé à UC Berkeley ? Notre objectif est de maintenir Counting Women’s Work en tant que source de données de haute qualité sur l’économie sexospécifique, accessible aux personnes du monde entier qui s’efforcent de comprendre le genre dans leurs sociétés et les politiques qui les façonnent. Ce vaste objectif est soutenu par de nombreuses activités :

  • Apporter une assistance technique aux équipes de recherche mettant en œuvre les méthodes développées par Counting Women’s Work.
  • Garantir l’assurance de la qualité des estmations, en particulier dans la comparabilité entre les pays.
  • Maintenir le site Web du projet à www.countingwomenswork.org avec sa base de données d’estimations comparatives.
  • Développer et mettre en œuvre des méthodes pour rendre CWW plus pertinent pour les décideurs, telles que des estimations pour des sous-groupes ciblés ou des types particuliers de travail de soins non rémunéré, ou des questions de politique spécifiques.
  • Suivre les opportunités d’information via les médias sociaux, des applications spécialement conçues et des conférences en personne ou en ligne, pour sensibiliser le public sur le projet et promouvoir les participants du projet par le biais de réseaux mondiaux et régionaux en tant qu’experts de l’économie du genre.

Essentiellement, je travaille à développer la « marque » de Counting Women’s Work à travers nos données et à travers nos collaborateurs. Plus cette marque devient forte, plus elle peut agir pour créer des politiques, un suivi et des sociétés sensibles au genre dans le monde. Alors que les jeunes dont je m’occupe chez moi ne sont plus des bébés, les questions de soins, rémunérés ou non, donnés et reçus, sont toujours au centre de mon travail et de ma vie.

Partager cet article via :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on telegram
Share on email
Share on whatsapp

Laisser un commentaire

Retour haut de page

Bienvenue sur l’espace Formations du CREG. Vous serez rediriger vers le site web partenaire qui héberge la formation choisie. Plein succès à vous !

Nos Formations

Newsletter

Ne manquez aucune de nos actualités, recevez notre newsletter gratuitement !