Le rôle de PRB dans le projet Counting Women’s Work

Un entretien avec Aïssata Fall – Rpte Régionale PRB Afrique de l’Ouest et du Centre

Par Charlotte Greenbaum

Quel est le rôle de PRB dans le projet ?

PRB est responsable de la subvention de la fondation Hewlett et, en partenariat avec UCB et le CREG, fournit une assistance technique aux équipes de recherche de Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Togo, du Bénin et du Sénégal sur l’analyse des comptes de transfert nationaux et le temps de travail non rémunéré des femmes – c’est à dire le temps des soins assurés à la famille – et les liens avec la croissance économique.

« PRB appuie particulièrement le développement des plans pour l’application de la recherche et les aspects de communication des résultats vers les décideurs politiques. »

PRB est responsable de la subvention de la fondation Hewlett et, en partenariat avec UCB et le CREG, fournit une assistance technique aux équipes de recherche de Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Togo, du Bénin et du Sénégal sur l’analyse des comptes de transfert nationaux et le temps de travail non rémunéré des femmes – c’est à dire le temps des soins assurés à la famille – et les liens avec la croissance économique.

Pourquoi le travail non rémunéré des femmes est-il un sujet important en Afrique de l'Ouest ?

Les recherches sur le travail non rémunéré des femmes offrent une perspective innovante pour élargir le dialogue politique sur l’importance de reconsidérer la place et la fonction économique des femmes au sein du foyer lors de la formulation des objectifs des politiques sociales ou politiques de santé par exemple, afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle pour une croissance économique inclusive.

La valeur ajoutée du travail non rémunéré des femmes, notamment pour la bonne santé et le bien-être des familles – deux conditions pour la participation efficace des membres de la famille à la croissance – n’est pas « naturellement » prise en compte dans les discussions de haut niveau sur le développement économique. On ne pense pas à considérer la valeur « travail » du soin à la personne et du fait de s’occuper de toute une famille tout en sécurisant les liens sociaux indispensables avec la communauté.

Pourtant ce sont ces mêmes femmes qui, entre autres, garantissent la qualité nutritionnelle des repas ou encore transmettent et imposent les bonnes pratiques en termes d’hygiène. Un rôle qui s’avère crucial, par exemple, lors de crise comme la pandémie de COVID-19. Or, une partie de ces femmes qui assurent la stabilité et la santé de la famille demeurent invisibles en tant que telles parce qu’elles ne sont pas liées au secteur de l’emploi. Les femmes au foyer sont encore trop largement considérées uniquement « au sein de la communauté » alors que les appuis communautaires répondent insuffisamment à leurs besoins spécifiques.

Parler du travail non rémunéré des femmes et de son importance signifie les rendre visibles dans leur fonction sociale et économique et les considérer pleinement comme des éléments déterminants de la croissance économique.

J’ai travaillé pendant plus de 10 ans sur les politiques et les stratégies de protection sociale pour les plus vulnérables, mais je n’ai jamais entendu parler de la valorisation du travail non rémunéré lié au soin à la famille. Cela m’aurait permis de développer d’autres arguments pour la prise en compte de la protection sociale des plus pauvres dans le budget national, mais aussi d’aborder différemment les catégories ciblées par certaines interventions. La mesure de ce travail non rémunéré permet de donner une valeur à ce rôle des femmes et donc de mieux informer l’élaboration des politiques sur les questions d’équité, travail, bien-être et croissance économique – et également d’argumenter le coût de l’inaction si cette fonction n’est pas soutenue de manière pertinente par ces mêmes politiques.

Pourquoi la communication politique est-elle une composante importante de ce projet en particulier ?

La communication stratégique politique est particulièrement importante pour ce projet car les analyses habituelles de l’activité économique n’incluent les soins que s’ils sont fournis contre rémunération. Par ailleurs, donner une valeur monétaire au travail de soins non rémunérés – majoritairement assurés par des femmes – bouleverse la manière classique, et ancrée culturellement, de penser la valeur des tâches traditionnellement réparties entre les hommes et les femmes.

Il est donc essentiel de savoir utiliser les données fournies par la recherche pour décrire leurs implications quant aux objectifs de développement fixés et les engagements pris par les gouvernements. L’utilisation d’outils de communication stratégique pour les politiques permet de rationaliser les débats et d’appuyer un dialogue politique informé par des faits.

Et au-delà de la création de produits de communication, ce travail de communication politique est indissociable d’un travail d’engagement des différentes parties prenantes. Car il est aussi important de supporter les espaces de dialogue au sein desquels les résultats de recherche ou les produits de communication seront utilisés et débattus pour construire une compréhension commune de l’importance du travail non rémunéré des femmes.

Quelle est votre vision pour le blog et pour l’impact du projet plus largement ?

J’espère que le projet et ce blog vont aider à accroître l’intérêt pour le travail non rémunéré, mais aussi à donner davantage de visibilité au travail réalisé par les chercheurs africains des pays francophones.

Le fait d’y consacrer un blog en langue française offre un espace de discussion aux chercheurs de la région, qui sont grandement désavantagés par rapport à leurs collègues anglophones car la recherche est avant tout publiée et discutée en anglais.

Ce blog est aussi un espace moins formel pour que les différents acteurs du projet expriment leurs opinions, tout en restant un espace dont la qualité est garantie par le fait d’être hébergé par le CREG qui, affilié à plusieurs organisations internationales, offre une vitrine intéressante pour les chercheurs francophones.

Au-delà du travail non rémunéré des femmes, le blog permettra aussi d’informer et discuter de l’importance d’informer la prise de décision politique à l’aide de données probantes. J’espère également qu’il renforcera les questionnements autour de l’utilisation effective des nombreuses recherches réalisées mais qui trop souvent restent lettre morte.

Partager cet article via :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on telegram
Share on email
Share on whatsapp

Laisser un commentaire

Retour haut de page

Bienvenue sur l’espace Formations du CREG. Vous serez rediriger vers le site web partenaire qui héberge la formation choisie. Plein succès à vous !

Nos Formations

Newsletter

Ne manquez aucune de nos actualités, recevez notre newsletter gratuitement !